Syntaxe et Sémantique
Le Modèle d’Ensemble
Logico-Historique 4

Download PDF

Clouscard explique que dans son modèle théorique de “l’ensemble logico-historique”, le matérialisme dialectique est la syntaxe, le matérialisme historique la sémantique.

Qu’est-ce que cela signifie en termes simples ?

1 ) Dans les théories de la logique mathématique, (calcul des propositions),  on considère donc deux points de vue :

le point de vue syntaxique. 

le point de vue  sémantique

Plus précisément. 

Aspect syntaxique : il s’agit de définir le langage de la logique  ou “calcul des propositions” par les règles d’écriture des propositions.
Aspect sémantique : il s’agit ici de donner un sens aux symboles représentant les connecteurs logiques en fonction de la valeur de vérité des propositions de base

2 )  Pour expliquer comment Clouscard entend décoder le “signifiant mondain” par son approche, prenons des exemples  : 

Aspect syntaxique :

Supposons que Descartes  produise un énoncé  ” Je pense, donc je suis“. Cette énoncé appartient à la “syntaxe”. Le langage est ici un langage philosophie. Les règles d’écriture sont celle de la langue française. 

De même, confronté à une oeuvre d’art, comme par exemple un tableau de Poussin, nous sommes confrontés à la production symbolique de l’artiste. L’oeuvre appartient à la syntaxe. 

Matérialisme dialectique :

Cet ensemble de productions est pensée par l’approche du matérialisme dialectique, c’est à dire  le mouvement du réel d’une développement logique, symbolique, épistémologique est pensé dans son développement immanent, notamment à partir de l’intégration de la lutte des classes. Pour Clouscard, il s’agit de définir notamment l’émergence et le parcours historique de la classe lettrée par une anthropologie ou sociologie historique.

Alors que la dialectique hégélienne consistait à analyser les moments dialectiques vaincus par la pensée, en intégrant l’histoire et l’organisation sociale comme l’élément d’un devenir dialectique et social gouverné par le développement de la conscience et d’une reconnaissance des déterminations, la dialectique marxiste consiste à penser ces moments dialectiques au sein des déterminations spécifiques au classes sociales. 

Ainsi, Descartes appartient-il socialement à la “noblesse de robe” ou “bourgeoisie de robe”. Les développements dialectiques et les progrès conceptuels qu’il produit sont déterminées par les problématiques sociales, existentielles et épistémologiques du moment de l’histoire des classes sociales à laquelle il est intégré. 

Aspect sémantique : 

La modernité a permis de distinguer entre le “sens manifeste”  et le “sens latent”.

C’est à dire que la signification d’un énoncé de Descartes comme “je pense, donc je suis” peut renvoyer à son sens manifeste, c’est à dire un énoncé fondamental pour l’épistémologie de la connaissance, énoncé qui renvoie à la signification historique de cet énoncé pour Descartes comme moment dialectique. 

Mais le “sens latent” de cet énoncé s’avère exprimer les conditions (sociales) de possibilité de la pensée, et le montage gnoséologique reflète le montage sociale de la philosophie de la connaissance. Une classe lettrée, savante, consomme sans produire et produit des représentations idéalistes de la philosophie de la conscience et de la philosophie de la connaissance. Descartes n’est ni Hegel, ni Marx. 

Cette sémantique apportée par le matérialisme historique n’est pas la sémantique traditionnelle de la vision dominante de l’histoire de la philosophie. Il y a actuellement une dimension polémique dans cette approche, mais cette polémique s’appuie sur un méthode et un modèle d’intelligibilité : le modèle d’ensemble logico-historique. 

Matérialisme historique : 

Comme les événements historiques sont influencés par les rapports sociaux, en particulier les rapports entre classes sociales, c’est la situation réellement vécue par les êtres humains qui permet de comprendre les productions symboliques et même le développement de l’épistémologie à partir d’un contexte, en partie non objectivé par les acteurs d’un moment historique. La conception du matérialisme historique accorde une part essentielle à l’économie dans les transformations du monde.

C’est pourquoi les moments historiques de la logique de la production, de l’économie politique permettent de comprendre les moments historiques de la sociologie qui déterminent  le matérialisme dialectique, identifiée à la syntaxe, soit la production symbolique et conceptuelle. 

Le matérialisme historique fournit la sémantique nécessaire à l’interprétation plus totalisante  des contenus du matérialisme dialectique, la syntaxe

3 )  Le résultat de cette approche est l’épistémologie du code proposée par Clouscard. 

Il oppose une sémantique ternaire, signe – signifié – référent, à une sémiologie binaire  signifiant – signifié. 

Il produit un modèle théorique permettant d’établir par l’anthropologie historique la critique de l’idéologie, mais la critique du néo-kantisme encadre alors la théorie critique de l’épistémologie bourgeoise par une approche méthodique, historique et sociologique, de ses déterminations.