Association Michel Clouscard
1928 – 2009

Download PDF

Michel Clouscard, né en 1928 à Montpinier et mort le 21 février 2009 à Gaillac, est un sociologue et philosophe français, connu pour sa critique du libéralisme libertaire en tant que stade actuel du capitalisme.

Son œuvre se rattache à la pensée de Rousseau, Hegel et Marx dont il montre les liens et l’unité.

 Notre association cherche à faire comprendre l’ensemble des contributions conceptuelles qu’il a proposé pour penser l’histoire universelle et proposer une “refondation progressiste” face au libéralisme. 

En effet, la contradiction majeure qu’il analyse dès les années 1960  est l’évolution de la société capitaliste vers un modèle dual :  permissif  pour alimenter le “marché du désir” pour une clientèle solvable mais toujours  répressif pour exploiter la “force de travail”. 

Alors, une contradiction entre le “sérieux” de l’exploitation générale des salariés pour un profit maximal des “monopoloes” (multinationales ) et la “frivolité”  d’un refus des règles sociales, d’une réflexion morale pour que les “modèles culturels du libéralisme libertaire” alimentent la nouvelle configuration d’une lutte des classes devenue généralisée. Alors une crise sociale devenue effondrement politique et moral.

 

Développant une recherche philosophique autour de l’idée de contrat social, Michel Clouscard a postulé que  si « le principe constitutif de toute société est la mise en relation de la production et de la consommation », l’exploitation méthodique de la “force de travail” aux stades esclavagistes, féodal, bourgeois a permis à une culture “mondaine” et “frivole” de se développer comme jouissance des rapports de production. La compréhension des contenus de l anthropologie historique est nécessaire a la conscience politique des contradictions.

Clouscard definit le “sadisme objectif” comme la propension à refuser d’intégrer l’Autre ( la classe ouvrière, les exploités, … ) dans la “subjectivité” des individus privilégiés. Il décode ainsi la pensée sociétale libertaire de Mai 68 comme une “séduction” idéologique consistant à promouvoir l’immoralisme et l’individualisme qui permettent au “libéralisme économique” de triompher.  “Être de gauche” ne suffit pas…

Le capitalisme fonctionne autour du développement d’une “société civile” dont les moeurs, les tâches sociales de gestion et d’animation, les formes de pensée  permettent une diversité de complémentarité permettant le triomphe de la “contre-révolution libérale libertaire”.

Clouscard a consacré de nombreux ouvrages à exposer la négation de toute conscience collective, sociale et politique dans une nouvelle configuration inédite des rapports de classe.

Pour sortir de l’impasse, le genre humain doit prendre conscience de son parcours universel  et penser  la question des valeurs. C’est à partir de cette réflexion qu’un nouvel esprit des lois peut émerger. C est l objet théorique d une refondation progressiste face à la crise structurelle de la civilisation capitaliste.

C’est pourquoi sa contribution alimenté le développement d’une nouvelle philosophie politique démocratique et autogestionnaire qui propose de dépasser la philosophie politique de Marx et de Lénine pour aboutir à un Etat qui sert de médiation entre le procès de production et le procès de production. En ce sens, un moment analytique et critique est nécessaire pour comprendre l argumentation critique de clouscard au sujet d un dépassement des dogmes marxistes léninistes.

De Platon à  Marx, de Rousseau à Hegel, c’est tout le corpus du matérialisme dialectique et historique qui n’a cessé d’être durablement travaillé et soumis à la méthode dialectique pour dépasser les insuffisances théoriques et conceptuelles du marxisme-léninisme historique. De l anthropologie à la philosophie politique, une démarche pour penser de façon orthodoxe la crise théorique et politique du marxisme. 

C’est dans ce cadre que nous proposons aux lecteurs et aux contributeurs de prendre connaissance de notre travail de documentation et de rejoindre nos démarches didactiques. 

S.B. 

Ouvrages Publiés 

 

L’Être et le Code, [Procès de production d’un Ensemble Logico-Historique Pré-Capitaliste]  Éditions Mouton, 1972 ; réédition L’Harmattan, 2004. 

Néo-fascisme et idéologie du désir,  [Critique du freudo-marxisme ]  Les Tartufes de la Révolution.  1973 ; réédition : Le Castor Astral, 1999 ; réédition Delga 2008. 

Le Frivole et le Sérieux,  Manifeste pour un  Nouveau Progressisme. Albin Michel, 1978 ; réédition Delga 2010.

Le Capitalisme de la séduction –  [Anthropologie de la modernité ] – Critique de la social-démocratie libertaire, Éditions sociales 1981, Réédition Delga 2006.

 

La Bête sauvage, Métamorphose de la société capitaliste et stratégie révolutionnaire, Éditions sociales, 1983.

De la Modernité : Rousseau ou Sartre,  de la philosophie de la Révolution française au consensus de la  contre-révolution libérale Éditions sociales, 1985.
réédité sous le titre Critique du libéralisme libertaire, généalogie de la contre-révolution, Éditions Delga , 2005,

 

Les Dégâts de la pratique libérale ou les métamorphoses de la société française, Nouvelles Éditions du Pavillon, 1987.

Traité de l’amour fou. Genèse de l’Occident, Scandéditions-Éditions sociales, 1993.

 

Les Métamorphoses de la lutte des classes,  Pour une Alternative Progressiste.  Le Temps des Cerises, 1996

 

Refondation progressiste face à la Contre-Révolution Libérale, [ la Somme et le Manifeste] Éditions L’Harmattan, 2003

 

L’Être, la Praxis, le Sujet  –  [Ontologie Sociale et Phénoménologie de la Praxis]  édité sous le titre de  “Les chemins de la praxis” Paris Delga, 2015. 

 

A paraître 

 

Refondation Féodale, philosophie de la refondation et de la psyché.