Table des Matières Détaillée
“Le Capitalisme de la Séduction” (1981)

Download PDF

 

TABLE DES MATIÈRES

DÉTAILLÉE

“Le Capitalisme  de la Séduction.

Critique de la Social-démocratie Libertaire”

Michel Clouscard 

1981

sous-titrage proposé par Sylvain Bourgois, vers 2012

 

PRÉLUDE

 

PREMIÈRE PARTIE

 

L’INITIATION MONDAINE

A LA CIVILISATION CAPITALISTE

PHÉNOMÉNOLOGIE DU MONDAIN

 

Introduction

L’anthropologie de la modernité

  1. La société capitaliste française selon les catégories de l’anthropologie
    a) Susciter la curiosité de “l’honnête homme”, de l’“interlocuteur valable”
    b) le non-su et le non-dit de l’inconscient capitaliste : l’anodin révélateur de l’essentiel.
    c) les rapports de la logique du signe et de la logique du travail (S—s—R)
    d) l’étude de l’échange symbolique : révéler la stratégie de la civilisation capitaliste.
    e) l’anthropologie de la modernité : la question de la méthode.
  2. Les rituels d’initiation à la civilisation capitaliste
    a) La systématique des rituels d’initiation à la civilisation capitaliste
          i / un double système de déterminations: les objets fabriqués et leurs usages initiatiques
         ii / l’usage ludique, libidinal, marginal selon les rapports de production et de consommation.
    b) Etablir le concept de mondain : phénoménologie et logique
         i / la phénoménologie du mondain – l’étude du parcours de l’intentionnalité néo-capitaliste.
        ii / la logique du mondain – la civilisation du néo-capitalisme : le potloque d’une part de la plus-value.
  3. L’ “honnête homme” entendra-t-il cette anthropologie de la modernité?
    a) La trahison des “intellectuels de gauche”: trahison de classe
    b) le clerc présente ses nouveaux privilèges comme des conquêtes révolutionnaires
    b) le clerc est-il capable de faire son autocritique?

Chapitre 1

1er niveau initiatique
poster, flipper, juke-box.
Genèse de “l’innocence” et échange symbolique

A. — MAGIE — (L’USAGE MAGIQUE DU FONCTIONNEL)

  1. La toute puissance du “principe de plaisir” : La réduction au ludique
    a) Limiter le passage du principe de plaisir au principe de réalité.
    b) la nouvelle pédagogie du système : maintenir l’ignorance sur l’ordre de la production.
  2. La magie fonctionnelle néo-capitaliste contre l’apprentissage de la vie.
    a) l’univers fonctionnel réduit à la fonction ludique par l’usage magique – par l’enfant.
    b) la structure éducative de l’ancienne société : apprendre à vivre.

B. – TOTEM – ( LE FLIPPER ET LA FONCTION LUDIQUE )

  1. le procès de consommation s’impose au procès de production.
    a) La fonction ludique comme symbolique de l’échange et appropriation totémique.
    b) l’idéologie de l’appropriation, de la réduction, de la récupération
  2. Le jeu et l’acte gratuit : maîtrise de la performance mais mépris pour le travail.
    a) le flipper : la fonctionnalité technologique au service du plaisir.
    b) la performance ludique et gratuite ironise sur la nécessité de la production.

C. – POTLATCH. ( L’ETHNOLOGIE DU PLAN MARSHALL )

  1. Le potlatch des surplus made in USA : stratégie de séduction
    a) Le Plan Marshall : acte étymologique de la modernité capitaliste en Europe.
    b) La braderie des surplus américains comme conquête de marché.
  2. Double conquête de l’impérialisme américain : macrosocial et microsocial
    a) le plan Marshall tient les deux bouts : le pain et les jeux, l’utile et l’agréable. (macrosocial)
    b) le Plan Marshall autorise l’accès au gaspillage, au ludique, … (microsocial)
         i / la consommation utilitaire de l’apprenti : l’économie de la rareté et la morale du mérite.
        ii / la consommation ludique et le gaspillage de l’adolescent : la piécette glissée dans la fente
  3. La conquête : le macrosocial se répète – symboliquement – dans le microsocial.

Chapitre 2

2nd niveau initiatique

Jeans, treillis, cheveux longs, guitare, portrait robot.
L’uniforme de la contestation

A. – DU MODÈLE A SA CONSOMMATION DE MASSE : L’UNIFORME DU “CORPS LIBERE”

  1. les Jeans : nouvelle mise en forme du corps
    i / Le narcissisme de classe change de toilette
    ii / La sexualité habille la mode : le cul devenu silhouette
  2. Le gain – féministe – de cette soumission libératrice à la forme du désir masculin
    i / les rapports de la féminité et du féminisme:
    ii / 3 ensembles : porteuses de jeans (les reines, les dindons) et les non-porteuses.
         a) les non-porteuses : “réacs’” “vilaines”
         b) les porteuses : l’arrivisme mondain du corps libéré et du féminisme de façade.
         c) La guerre civile du féminisme (et sa fin) : le féminisme mondain

B. – LE VISAGE DE L’IDÉOLOGIE ( LES CHEVEUX LONGS )

  1. Les cheveux longs – le charme fou du libéralisme
    a) Faire de la libéralisation la liberté de la mode
    b) La révolution se change en sémiologie mondaine
  2. L’uniforme de l’idéologie libertaire
    a) L’expression de la sensibilité est devenue l’expression de l’idéologie
    b) le “naturel” : décision, choix et signe culturel de la nouvelle société

C. – LE PETIT RIEN QUI FAIT LE MODÈLE – ( LA GUITARE )

  1. Il manque quelque chose : l’œillet du smoking, l’ombrelle de la jeune fille
  2. La guitare : le signe ultime, le symbole de la liberté… de l’uniforme

Chapitre 3

3ème niveau initiatique :
L’animation machinale
La statue de Pompidou

 

A. – L’ANIMATION MACHINALE  de la vie mondaine à la représentation idéologique de ce vécu

  1. L’ impérialisme capitaliste sur les sens : animation sensualiste et obscurantiste
    a) le corps selon Condillac : les sens animent une statue vierge inanimée
    b) l’ordre généalogique de l’idéologie : de l’animation corporelle à la vie de l’idéologie
  2. Le néo-capitalisme est le nouveau maître sensualiste, à penser et à dé-penser
    a) la machination impulse, dynamise, déborde le sensualisme propre au corps
    b) le corps néo-capitaliste : recevoir tous les gestes d’usage de la nouvelle société
        i /l’uniforme de la contestation : vêtement de signes et de vie prêt-à-porter
        ii / flipper, juke-boxe : des sens et des gestes d’usage à l’affectivité
    c) L’animation par la machine mais aussi par le groupe
    d) l’animation machinale : la répétition mécanique de ce que la machine a appris au corps

B. – LA BANDE – ( PARCOURS ET SIGNIFICATION DE LA MARGINALITÉ )

  1. Nouvelle “structure d’élevage“ – produire le corps de la machination capitaliste
    a) L’instruction civique traditionnelle : le boy-scout et le club
    b) Les 2 types de dégénérescence: l’enfant “débile” et l’enfant “dévoyé”
         i / le débile : pas assez émancipé, incapable
         ii / le dévoyé : trop émancipé, trop dangereux
  2. les rituels d’initiation au libéralisme : libre entreprise, magouille, système D.
    a) Déniaiser le rêveur et canaliser l’agressif – ajustements mutuels
    b) La “sélection naturelle” dans la bourgeoisie : des “leaders” émergent…
  3. La  “loi de la bande” : 4 fonctions éducatives, 4 vertus initiatiques
    a) Rompre le lien ombilical, livrer l’adolescent à lui-même : apprendre à survivre
    b) Le roman d’apprentissage de la bourgeoisie : apprendre à changer pour continuer
    c) L’empathie spécifique du néo-libéralisme : l’entr’aide des jeunes loups
  4. La finalité de l’éducation bourgeoise : la continuité de la classe sociale
    a) la généalogie de la nouvelle bourgeoisie : culture de l’incivisme, stratégie de l’arrivisme
    b) La bande : synthèse du fils de famille et du sous-prolétaire.
    c) le nouveau bourgeois contrôle et neutralise le monde d’en bas
    d) les rites d’initiations amènent la synthèse des bons sentiments et de la transgression
  5. Le système de la marginalité comme culture contrôlé par la bourgeoise
    a) l’intellectuel et l’artiste véhiculent l’incivisme carriériste de la bande
    b) Parcours de l’intellectuel : promotion sociale par la Culture idéologique
    b) Parcours de l’artiste : projection idéologique et esthétisante des surplus de classe
  6. La bande, lieu de la culture de la marginalité

C. – LA BANDE SONORE (L’ANIMATION SONORE)

  1. Le gestuel de la bande et le rythme : le corps de l’incivisme.
    a) La statue accède au rythme. Le psychédélique, la sono, le DJ
    b) Le rituel initiatique adulte : gratuité et ludicité – conformisme radical
    c) Le langage de la bande : pouvoir ésotérique et incantatoire. Chefs et sorciers
  2. La fauche : initiation à l’appropriation par l’extorsion de la plus-value
    a) l’initiation à l’accumulation primitive, acte étymologique de la bourgeoisie
    b) L’ initiation à l’affairisme, à la magouille
  3. La fauche et l’inconscient collectif de la consommation transgressive
    a) La fauche du surplus américain : prolifération cancéreuse de la marchandise
    b) Le surplus : marchandise et signifiant absolu de l’extorsion de la plus-value, valeur d’usage et usage de la valeur.
    c) Potlatch du capitalisme – subversion – régulation du système : débouché de la marchandise
    d) le V disque : surplus attractif de l’armée américaine
  4. Le leader transgressif : l’éducateur-animateur sonore
    a) le leader bourgeois et transgressif accède à l’acte libérateur : la fauche
    b) la nouvelle culture “pop” monopolise la musique populaire – le jazz et l’accordéon
    c) la colonisation culturelle de l’idéologie du libéralisme libertaire
  5. La bande et le cheminement existentiel de l’idéologie
    a) l’expansion du rythme “pur”
    b) Le leader : la Fête de quartier – populaire – et la boîte de jazz – élitiste
    c) Le raccordement de deux dynamiques : le rythme “pur” et la contestation
  6. De l’arrivisme social du leader à l’industrie de l’animation sonore.
    a) Le leader devient patron : le local et la sono, la fusion des bandes, la nouvelle boîte.
    b) le marché de l’animation sonore : le néo-capitalisme produit le spontané, le naturel, l’indignation contestataire
    c) le concert : la “libre entreprise” du sonore diffuse et créé la bande des bandes – Woodstock
    d) la cassette et le microsillon : écoute intimiste et intériorisation maximale de l’idéologie

D. – LE ROCK, RYTHME SANS SWING, ET LE SWING, TEMPS RETROUVÉ
Contribution à une théorie du jazz : rapports du jazz, du rock et du capitalisme

  1. Le rock : l’Eternel Retour du Même, le Temps sans l’Autre
    a) “Boum-boum” – la temporalité du renfermement : solipsisme, autisme, narcissisme, schizophrénisme…
    b) Du rythme de l’immaturé au rythme de la reconnaissance de l’Autre
  2. Le swing : dialectique des rapports du Même et de l’Autre
    a) Le swing : temps perdu et retrouvé, réconciliation du Même et de l’Autre
    b) Thèse raciste et an-historique : “le Noir swingue en tant que race”
    c) Thèse anti-raciste : le swing comme production historique
          i / Le Noir devient esclave, et l’esclave devient américain.
         ii / Le jazz : élaboration synthétique et re-création de l’histoire globale
  3. Rythme machinal et théorie idéologique du swing : la nostalgie du Blanc

E. – BILAN PROVISOIRE DE L’ANIMATION MACHINALE DU VITALISME ET ANIMISME

  1. Le vitalisme mondain
  2. L’animisme, le mana : l’âme de l’être capitaliste

Chapitre 4

4ème niveau initiatique :
L’initiation mixte, subversive et institutionnelle
Le hasch et un certain usage de la pilule

A. – LE CORPS AUTONOME DU MANNEQUIN

  1. Du ‘psy du sensualisme (le psychédélique) à l’intégration institutionnelle – Le corps comme machine à rêver
  2. La subversion radicale : flagrant délit d’une autre normalité conformiste

B. – LA DROGUE – L’USAGE MONDAIN ET LA PHARMACOLOGIE DE L’OCCIDENT

  1. L’usage mondain de la drogue :
    a) Le statut du camé : manipulation idéologique et mondaine
         i / les “maudits” de la drogue : pères tranquilles de la consommation marginale
        ii / le rituel de l’achat valorise le produit : clandestinité, transgressivité
        iii /Le petit consommateur comme contestataire radical et poétique
        iv /les “drogues dures” ressuscitent alors le statut romantique du “maudit”
  2. Une théorie matérialiste de la drogue pour décoder l’usage mondain
    a) Réfuter le dualisme de l’âme et du corps – le psychologique et l’organique
    b) La première sensation est déjà mémoire. Tout accroche
    c) Le rituel de consommation est codé selon un investissement socio-culturel transgressif
    d) le “bon usage” des drogues et l’usage misérabiliste
  3. La drogue, la pathologie mentale et l’arythmie sociale
    a) les drogues selon le rythme orginel du corps : excitant-stupéfiant…
    b) L’animation machinale capitaliste et le rythme paroxystique
    c) Cyclothymie néo-capitaliste : fébrilité paranoïde et prostration schizoïde
    d) Drogue, effet et cause, poison et remède – le rythme capitaliste
         i / arythmie partielle et arythmie généralisée dans le rythme capitaliste
         ii / L’accoutumance ne provient pas du produit mais du cycle de l’usage mondain
    Le rythme imposée par le capitalisme est pathologique en son essence

C. – LES FAÇONS SEXUELLES :
D’UN CERTAIN APPRENTISSAGE DE LA PILULE A LA NOUVELLE COQUETTERIE (LE FÉMINISME)

  1. La pilule : de l’usage civique à l’usage mondain
    a) La régulation démographique, la fillette et l’usage mondain de la pilule
    b) La Loi Neuwirth : conquête du progrès social et du progrès moral
    c) Le détournement de la loi Neuwirth : usage bourgeois et usage populaire
  2. L’initiation de la fillette au système : l’usage du produit entraînera l’idéologie de l’usage
    a) L’adolescence de la jeune fille
    b) L’histoire de la psyché en Occident et le problème du couple
    c) L’usage mondain de la pilule contre l’âge tendre et la Carte du Tendre
    d) le normatif contestataire : un dressage de masse
  3. Le sexisme mondain, la psyché et la lutte des classes
    a) Paradoxe : « Et si la néophallocratie… c’était le féminisme? »
    b) Le refus du mariage et le droit à l’avortement profitent à la néophallocratie libertaire
    c) La disponibilité du corps de la femme, objet d’usage et sujet d’expérience
    d) Le divorce et la phallocratie moderne. “Lui” et “Elle” après le divorce
    e) le féminisme comme ségrégation de classe. Bourgeoisie et classes populaires
  4. Les rapports du sexe, de l’homme et de la femme selon les rapports de production
    a) La modernité “révolutionnaire” du féminisme n’est qu’un archaïsme
    b) La division des sexes des origines de l’humanité aux classes sociales
          i / 1er moment – division du travail et système de parenté : la division des sexes
         ii / 2ème moment – les classes sociales : la division des sexes dépassé
    c) Les rapports “scientifiques” de la lutte des classes et de la lutte des sexes :
         i / l’exploitation de la classe dominée profite aux femmes des classes dominantes
         ii / Le pathos occidental : Tristan et Iseult, l’alliance du vassal et de la femme
    d) le sexisme féministe : de l’exploitation idéologique de la révolte légitime au pouvoir mondain
          i / le sexisme féministe : combat de l’idéologie réactionnaire contre le sens de l’histoire
         ii / Le sexisme féminin comme nouveau pouvoir mondain
         iii / le sexisme féministe comme stratégie mondaine de la femme moderne
         iv / Le travailleur étranger face à la coquette féministe
    e) Le rapport entre les sexes doit être pensé selon les rapports de production

Chapitre 5

5ème niveau initiatique :
Moto, chaîne hi-fi, guitare électrique, nikon
La définitive intégration au système par la technologie avancée

A. – L’USAGE PROGRESSISTE ET L’USAGE MONDAIN

  1. L’initiation adolescente s’achève en participation adulte au système capitaliste
    a) La récupération idéologique de l’usage des objets
    b) Le corporatisme motard et la sémiologie de l’avoir, du prestige, du pouvoir d’avoir
    c) Le “défi à la mort” : conduite risquée et conflit avec les usagers et le code de la route
  2. Le corporatisme des consommateurs selon la hiérarchie des classes sociales
    a) nier les classes sociales : confondre l’usage utilitaire – populaire – et l’usage mondain – sélectif
    b) le moyen de transport nécessaire au travail et le gadget nécessaire à la drague
    c) Le rituel d’entretien de l’usage populaire nie l’usage magique, totémique, terroriste

B. – LE GRAND PASSAGE :
NOUVEAU GENRE DE VIE, NOUVEL ECHANGE SYMBOLIQUE, NOUVEAU CONTRAT SOCIAL, NOUVEL USAGE DE L’AVOIR

  1. L’initiation capitaliste s’avère sélective malgré l’usage de masse
    a) l’usage ludique du fonctionnel, pédagogie d’intégration du système capitaliste (résumé)
    b) L’initiation à l’ultime échange symbolique est sélective. Ségrégation
  2. La nouvelle consommation sélective : la consommation du luxe de la technologie
    a) Appropriation totémique du “dernier cri” : le prototype
    b) le travail des autres devenu usage privé, intime, singulier

Chapitre 6

La social-démocratie libertaire

A. – LE NOUVEAU CONTRAT SOCIAL DU PÈRE ET DU FILS

  1. Rapports du père, de la société, du fils
    a) Un système de récompenses – par l’objet ludique
    b) la famille consent à l’émancipation-intégration de l’adolescent
  2. Le système travail-récompense-consommation ludique dans les nouvelles couches moyennes
    a) La reproduction du système par la sélection d’individus maîtres de leur libido
    b) La double déculpabilisation de la consommation libidinale, ludique, marginale…
          i / La consommation libidinale régulée recommandée par le gardien de l’ordre
         ii / le contestataire fait de l’“ entrisme” : dénoncer l’extorsion de la plus-value en la gaspillant
  3. Le front commun du père et du fils bourgeois contre la classe ouvrière

B. – DE L’AVOIR SANS L’USAGE A L’USAGE SANS L’AVOIR

  1. Méprise de l’objet, l’ordre du travail : usage ostentatoire et ironique
  2. L’exaction (gaspiller, jeter, casser) offerte à tous : luxe et potlatch

C. –ALTERNANCE CENTRE GAUCHE-CENTRE DROIT


Chapitre 7

Les lois de l’initiation mondaine à la civilisation capitaliste
(Conclusion)

  1. L’initiation à la consommation mondaine
    a) La systématique de l’initiation capitaliste selon le système des objets
    b) Tableau des usages mondains des objets de la modernité
    c) Tableau des 3 âges de la culture capitaliste : enfance, adolescence, âge adulte
  2. Les 3 Lois de l’initiation à la Civilisation Capitaliste
    a) la contestation adolescente : voie d’accès à la consommation mondaine
    b) l’infrastructure économique et la pulsion libidinale s’engendrent réciproquement
  3. Le double support de l’initiation : infrastructurel et inconscient, économique et libidinal


DEUXIEME PARTIE

LA LOGIQUE DU MONDAIN

Chapitre 1

L’irrésistible expansion mondaine

A. – DE LA PHÉNOMÉNOLOGIE A LA LOGIQUE –
(PRINCIPE DE PLAISIR CONTRE PRINCIPE DE RÉALITÉ)

  1. De l’autonomie fonctionnelle des usages mondains
    à leur système de signifiants
    a) l’autonomie fonctionnelle des usages mondains
    b) le néo-nominalisme moderne
         i / La donation de sens selon les discours de la systématique des usages mondain
         ii / La double opération du néo-nominalisme moderne
         iii / Le fonctionnalisme de l’animation machinale nie le fonctionnel d’origine
         iv / Le pouvoir idéologique investit le réel des significations du mondain
  2. Le symbolisme immanent et le signifiant mondain
    a) Le symbolisme immanent : l’ordre du travail n’a pas de signifiants autres que le référent
    b) Le signifiant mondain l’emporte sur le symbolisme immanent
  3. Stratégies du néo-nominalisme : occuper champ politique et champ culturel
  4. Le terrorisme mondain et la nouvelle sensibilité
    a) De l’élitisme aux conduites de masse : syncrétisme ou alternance
    b) Double stratégie du modèle mondain
         i / Réduire la sensibilité aux seules modalités du mondain
         ii / Les sensibilités antérieures sont totalement ignorées, réduites à l’insignifiance

B. – LES MÉTALANGUES DU MONDAIN – (L’IDÉAL DU MONDAIN)

  1. L’esthétisation des arts – L’accès au fantasme
    a) L’esthétisation des arts en “jolis arts” – néo-formalisme
    b) La production du fantasme : esthétisation de la subjectivité
    c) La dénégation du référent et du signifié. Néo-nominaliste et néo-formalisme
  2. La production des archétypes du mondain. Mythologies
    a) L’existence idéologique exemplaire et l’allégorie, l’archétype
         i / Un acte exemplaire, un personnage exemplaire, une spatiotemporalité exemplaire
         ii / Un moment parfait d’incarnation idéologique : le hippie
    b) La généalogie de l’inconscient collectif et les rapports production
         i / Le procès de production des archétypes dans les rapports de production occultés
         ii / L’inconscient collectif comme lecture au premier degré de l’histoire
    c) L’analyse de l’inconscient collectif selon les rapports de production
          i / Critique de la lecture néo-nominaliste de l’inconscient collectif (Roland Barthes)
         ii / La mode – fixation de l’inconscient collectif et la démode – travail d’oubli de cet inconscient collectif
        iii / Critique de la lecture antéprédicative de l’inconscient collectif (Lacan)
    d) Les 3 moments sociologiques de l’inconscient collectif. La circulation idéologique de la libido.
           i /1er moment : la mode, fixation de l’inconscient collectif
           ii / 2 ème moment: la démode, travail d’oubli de cet inconscient collectif
          iii / 3ème moment : le « revival » comme réactualisation de l’inconscient collectif
         iv / La logique de la mode dans les rapports de production : référent et signifié.
         v / Icônes du rêve mondain : hippie, barricades, sous les pavés la plage
         vi / La crise balaie les archétypes de Mai 68 et les fait entrer au Panthéon des mythologies
    e) La mode rétro, ultime enclos du Panthéon des archétypes – le “has been”
          i / La mode retro comme impérialisme hégémonique du pouvoir mondain
          ii / La mode rétro feint d’adopter les modes d’antan pour s’en distancier malicieusement

C.– LES NOUVELLES COUTUMES DE MASSE ET LA CASCADE DES SNOBISMES (LE PROSAÏQUE DU MONDAIN)

  1. Le droit à la différence : ratification du standard et “guerre froide” idéologique
    a) la nouvelle hiérarchie sociale et la stratégie de la “classe unique”
    b) La singularité en tant que genre : le signe d’un genre
  2. Les 3 piliers de la civilisation capitaliste : la boîte, la bande, l’animateur
    a) L’ethnologue du futur et un relationnel caché qui génère l’âme du capitalisme libéral-libertaire.
    b) La boîte, l’arrivisme de la bande, la médiation de l’animateur,
    c) La psychanalyse refuse les catégories économiques, culturelles, morales du mondain
  3. Les niveaux de la consommation mondaine
    a) Le sommet : Régine et Castel , club de l’Olympe mondain
          i / La corporation de la réussite mondaine : Jeunesse, Beauté, Vedette, Argent
         ii / Des lieux de la désacralisation, la fin des tabous. L’Amour succombe à l’Argent.
         iii / La liquidation des valeurs de l’éthique-esthétique de l’Occident.
         iv / L’esthétique de la prostitution mondaine : “au-delà” de l’argent, les Vedettes.
         v / L’imaginaire, réalité même de l’idéologie
    b) L’entre-deux : Le Club Méditerranée et Ibiza – le mondain à l’usage des nouvelles couches moyennes
         i / La jouissance ne doit plus dériver de l’avoir mais de l’usage. Trigano
         ii / Massification du libéralisme et libéralisation-émancipation des masses (bourgeoises)
        iii / L’animateur accède à une autonomie fonctionnelle : programmation de la jouissance
        iv / Ibiza, libre cité de la consommation mondaine
    c) Le monde d’en bas : “ fièvre du samedi soir” – les signes, les restes et la “violence”
        i / Les restes et les signes de la consommation mondaine
        ii / la “violence”, la frustration et le geste de l’impuissance mondaine

Chapitre 2

Une nouvelle civilisation

A. – LES 3 THÈSES SUR LA CIVILISATION CAPITALISTE (LES PÉCHÉS CAPITAUX)

  1. Le mondain : connaissance du libéralisme libertaire
    a) Le terme mondain est devenu catégorie de la connaissance, concept
    b) La catégorie du mondain permet de réfuter l’innocence idéologique
  2. Les 3 thèses sur la civilisation capitaliste
  3. Thèse n° 1 : La première civilisation sensuelle
    a) Le nouveau statut du “corps libéré” et la fausse innocence capitaliste
          i / Critique de la comparaison à la consommation païenne
         ii / Critique de la comparaison à la consommation du Savage
         iii / La conceptualisation du potloque serait-elle une idéologie idéaliste de l’ethnologue ?
    b) le potloque comme toute-puissance de l’impérialisme : l’aliénation mondaine
  4. Thèse n° 2 : Le potlatch d’une part de la plus-value
    -potlatch selon la mondanité et potlatch objectif.
    a) La consommation du manque de l’autre
         i / La consommation du surplus correspond au manque de consommation du producteur.
         ii / La jouissance des rapports de production – sadisme objectif – Sade
    b) La consommation de la hiérarchisation mondaine : marquer la différence entre les individus de la bourgeoisie
    c) Le service de promotion de vente d’une civilisation.
         i / La compénétration du marché et de l’idéologie.
         ii / De la mode au mondain : de la valeur d’usage à la valeur d’échange
               1) La fonction esthétique doit cacher la fonction économique
               2) La mode propose la consommation de la valeur d’échange
    d) Le potlatch par l’implantation du CME et les nouvelles couches moyennes.
         – 1) La nouvelle mondanité est le “reflet” d’une mutation fantastique de l’économie de marché
        – 2) Le mondain est porté par une infrastructure
  5. Thèse n° 3 :
    Civilisation sensuelle : civilisation de la soumission à l’animation machinale
    a) La récupération du progrès et la corruption spirituelle
         i / La machine est innocente et la « fausse innocence » est coupable.
         ii /La fausse innocence résultat de l’usage idéologique de la machine et des objets
    b) La privatisation du progrès contre l’usage collectif du progrès
          i / L’usage fonctionnel de la machine contre l’usage mondain
          ii /Les effets sociaux de la consommation mondaine : productivisme, inflation, chômage
    c) La nouvelle civilisation contre l’appropriation collective du progrès

B. – L’ APOGÉE DE LA NOUVELLE CIVILISATION : L’INFORMATISATION DE LA SOCIÉTÉ AU SERVICE DE LA CONVIVIALITÉ

  1. La maison de campagne, lieu de toutes les réconciliations
    a) Du surgissement paroxystique et de l’implantation du modèle… à la vitesse croisière
    b) Le profit fait sur la ville est réinvesti (partiellement) à la campagne
  2. La nouvelle convivialité
    a) La réconciliation du père bourgeois et de son fils : la gestion d’un acquis
    c) La consommation mondaine d’avant-garde intégrée dans la tradition bourgeoise

CONCLUSION :

LA SOCIAL-DEMOCRATIE LIBERTAIRE
COMME SOLUTION DES CONTRADICTIONS
DU LIBERALISME AVANCE.

  1. La convivialité au service de l’industrie du loisir.
  2. L’informatisation de la société au service de l’industrie du loisir
  3. Le néo-humanisme convivialiste et technocratique
  4. L’alliance de la nouvelle gauche et la nouvelle droite :
    La social-démocratie libertaire
  5. La crise comme retour du refoulé : productivisme, inflation, chômage