“Hegel ou Marx ? Marx et Hegel ?”
(Dégâts Pratique Libérale, 1987 )

Download PDF

“Hegel ou Marx ? Marx et Hegel ?

Clouscard a conceptualisé le rapport de la société civile et de l’Etat.  Il a repris la compréhension de la “société civile” par Hegel, tout en pointant l’idéologie politique d’un certaine “anthropologie libertaire” dans la pensée de Marx qui voulait “abolir l’Etat” en “libérant” la société civile”.

Vous ne me croyez pas ? Et bien, lisez plutot une des ultimes thèses de son ouvrage de synthèse de 1987 ” Les Dégâts de la Pratique Libérale ”  !

Dans cette différence majeure, toute la réflexion de Clouscard sur la nécessité d’une co-gestion du procès de production et du procès de consommation via le Travailleur Collectif permettra aux exégètes de situer la relation synthétique de Clouscard à Hegel et à Marx.

 Au lieu de tirer Clouscard vers Hegel ou vers Marx, on doit comprendre qu’il a méthodiquement pensé, notamment dans “La Bête Sauvage”, l’opposition de la philosophie politique de Hegel ( L’Etat de sa monarchie constitutionnelle face à la société civile bourgeoise ) et  la philosophie politique de Marx (dictature du prolétariat puis abolition de l’Etat pour une “libre association des travailleurs” )  C’est à partir de la dialectique entre le procès de production et le procès de consommation, en analysant l’histoire de la société civile, de l’idéologie, des superstructures (le néo-kantisme, le libéralisme, etc .. ), de la tension entre l’appareil d’Etat et l’Etat que Clouscard peut définir une nouvelle “philosophie politique du socialisme démocratique et auto-gestionnaire”

La lecture consistant à penser qu’il ne s’agit que d’un ensemble théorique vague et inconsistant me semble méconnaître la profondeur de l’identification par Clouscard de la tension entre Hegel et Marx (d’un point de vue hégélien et marxiste ) et la nécessité du dépassement dialectique de certaines oppositions idéologiques entre l’hégélianisme et le marxisme. 

Sinon, on produit un discours très général sur l’intérêt manifeste de Clouscard pour Hegel et Marx sans comprendre le travail de négation des termes de leur opposition et de dépassement dialectique de leur contradiction opérée à l’occasion de l’analyse des métamorphoses de la lutte des classes en régime “libéral-libertaire” du capitalisme.  Preuves en seront les développements proposés dans “L’Être, la Praxis, le Sujet” …. 

S.B. 

 

Thèse 82

 

 

LA PHILOSOPHIE REVOLUTIONNAIRE

PEUT ENFIN DEPASSER

L’ANTAGONISME  ” ETAT- SOCIETE CIVILE ” 

QUI EST L’ANTAGONISME

DE LA PHILOSOPHIE POLITIQUE DE HEGEL

ET DE  [ PHILOSOPHIE POLITIQUE ]  DE MARX.

 

CELA N’EST POSSIBLE

        QUE GRACE

AU TRAVAILLEUR COLLECTIF.

 

 

 Si la philosophie révolutionnaire s’était bloquée, si elle était même tombée en déshérence, « incertaine et inutile» c’est qu’elle avait buté sur son aporie : état ou société civile.

 

Hegel nous semble avoir mieux compris que Marx la nature profonde de la société civile, son devenir fatal. C’est une « Bête Sauvage », le lieu d’une consommation débridée et sans limites.

 

Nous avons actualisé cette interprétation selon cette formulation : la société civile est l’ordre du désir (de classe) qui coiffe le système des besoins, l’identification du signifiant et de la valeur d’échange.

 

Comment juguler cette « Bête Sauvage» ? Par l’autorité de l’état, dira Hegel, mais état arbitraire car sans fondement démocratique ni… prolétarien.

 

Marx, au contraire, voulait libérer la société civile de la tutelle de l’état! Ce projet témoigne, à notre avis, de l’idéologie des Lumières qui prétend qu’il y a une nature humaine bonne qui a des besoins légitimes à satisfaire. Il a comme conséquence une anthropologie libertaire, du droit naturel de l’individu, contradictoire à la science de l’homme, nœud de relations, du matérialisme dialectique et historique.

 

Bien sûr, Marx s’éloigne de cet humanisme des Lumières et se rapproche de Hegel avec la notion de dictature du prolétariat. Mais celle-ci doit être provisoire, le temps de lever l’aliénation due au capitalisme. Après, « fais ce que voudras ».

 

 Hegel ou Marx   ?      Marx et Hegel?

 

Le concept de Travailleur Collectif permet de dépasser cette aporie. Il révèle que ces deux philosophies politiques sont aussi, en partie, des idéologies.

 

[Le concept de travailleur collectif] ne veut ni l’état ni la société civile. Ni la liberté libertaire de la société civile ni l’autorité arbitraire de l’état : les deux fondements de l’ordre bourgeois.

 

Ce concept [ de Travailleur Collectif  ] révèle la dialectique de la production et de la consommation. Comment elle organise la société de classes et le système des idéologies. Comment elle détermine l’essence de la société civile et l’essence de l’état. Il dit comment la liberté humaine sera la conséquence d’un socialisme démocratique et autogestionnaire.

C’est cette philosophie politique qui nous a permis de reconstituer la contre-révolution libérale et de proposer la nouvelle stratégie révolutionnaire.” 

 

Michel Clouscard, 1987